English VersionFrench VersionDeutsch VersionTurkish Version

 
Login 
Mot de passe 
Mot de passe oublié ?

Recherche
 
   
03.02.2015

TRANSAT sur NOSTRESS


Nous sommes partis comme prévu lundi midi du petit port espagnol situé juste 300m au nord de Gibraltar..


D'ailleurs, en se rendant à  pied à Gibraltar, on traverse une piste d'aviation où se posent les 737 d'Easyjet... ça fait bizarre de regarder à gauche et à droite pour voir si aucun avion n'atterrit ou ne décolle avant de traverser (en fait, le passage est fermé quand les 4 ou 5 avions quotidiens transitent)..

Les 2 tangons étaient préparés, avec génois de 71m carrés sur tribord et genaker de plus de 100 m carrés sur babord.

L'intérêt:

1) on peut enrouler l'un sans enrouler l'autre (et la météo a l'air de dire que jeudi ou vendredi on sera plus ou moins vent de travers si on a du vent..)

2) Lorsqu'on est vent arrière avec 30 degrés de tolérance (voire 40 en choquant l'écoute de la voile sur la fausse panne), on a 71 + 105 mètres carrés au lieu de 71 + 76 mètres carrés si on avait génois + ballooner: on va donc à 60% de la vitesse du vent au lieu de 50%.
Le vent réel prévu (à part la sortie de Gibraltar jusqu'à lundi soir bien mouvementée) étant entre 5 et 20 noeuds, on a intérêt à avoir un maximum de
surface de voile.

En sortant de Gibraltar,on a traversé "l'autoroute des cargos" perpendiculairement et puis on a tourné vers l'Ouest, légèrement sous (au sud) l'autoroute des cargos.. et là, je n'ai pas fait gaffe, on s'est un peu éloigné de l'autoroute et rapproché de la côte dans une zone ou il y a:

1) des courants de retour (alors qu'on devait avoir un courant favorable, on s'est retrouvé à 6,5 noeuds avec 17 noeuds relatifs... en ce moment, on est toujours à 6,5 noeuds mais avec 5,5 noeuds relatifs...)

2) des vagues très fortes et verticales de plus de 2m et rapprochées qui déferlent comme en mer rouge.. rien à voir avec les vagues horizontales aussi de 2m bien longues de l'atlantique..

Le vent relatif commençait à être trop violent pour le Genaker (17 noeuds, c'est un peu la limite), et j'avais peur d'un départ au lof à cause des déferlantes à l'arrière.. ça déferlait un peu dans tous les sens et la carte signale des tourbillons un peu comme à Messine (oui j'ai oublié mon guide Waters Pilot de la zone au Brésil.. la dernière fois que je suis passé, c'était avec mes parents et on avait fait gaffe à ne pas s'aventurer dans ces zones de remontée de fonds à tourbillons)..

Bon, on essaie d'enrouler le Genaker, il se déroule d'un coup après 30 d'enroulement.. le vent monte.. on arrive à l'enrouler, mais le temps de le descendre, il se regonfle en haut et l'écoute va se coincer sous l'avant du voilier sous les ancres et force sur le balcon car le haut du genaker s'est partiellement ré-ouvert.. et on a 23 noeuds relatifs..

On a relâché un peu de drisse, le Genaker fait un arc vers l'avant, c'est un cylindre partiellement ouvert dans sa partie haute et avec 23 noeuds il tire avec une force phénomenale sur l'écoute qui essaie d'arracher les ancres,et le balcon avant..
Je choque l'écoute de l'arrière (pas tout de suite, j'ai mis du temps à comprendre) et Leo arrive à dégager l'écoute à l'avant, je la reprends de l'arrière, le genaker bat très fort car il est partiellement ouvert et la drisse est baissée de quelques mètres, je me dit qu'il va se déchirer.. Léo suggère de revenir face au vent, car le Genaker ne battra plus devant le voilier (poussé par le vent, on n'arrive pas à le ramener), mais au dessus du voilier dans l'axe.. je refuse, si on va à 4 ou 5 noeuds, ça fera près de 28 noeuds dans le Genaker.. et avec les déferlantes, et nos tangons, je sens mal le demi tour.. je décide de retendre la drisse et l'écoute comme un bourrin au winch électrique: on a alors un joli coquetier:)

Le Genaker est bien déroulé

- sur le tiers du bas
- sur le tiers du haut

Et entre les 2 il est finement et très fortement enroulé/coincé..

Le vent est très fort, mais j'ai mis le moteur presque à fond pour aller vite et diminuer le vent relatif..

On se demande si ça va se déchirer ou exploser ou bien se dérouler au milieu..ça commence à se dérouler.. espoir, puis encore, puis encore.. au bout de 5 minutes, c'est gagné! on a à nouveau le Genaker bien gonflé, avec son écoute tangonnée.. mais le vent est toujours trop fort pour cette voile (tissu comme celui d'un Spi: nylon)..

On garde le moteur 2 heures, puis ça baisse un peu.. donc on peut couper le moteur, ce qui ralentit un peu le voilier et met plus de pression sur les voiles.. ça continue à bien souffler et on se cogne des surfs à la voile à 12,5 noeuds.. ce qui est bon car cette vitesse diminue bien le vent relatif dans les voiles.. on n'a pas eu 30 noeuds, mais plutôt 27 noeuds de vent réel en rafales.. mais bon, même si on avance vite, ça faisait beaucoup pour le Genaker..

Bref, on a sauvé le Genaker (on aurait été beaucoup plus tranquilles avec le Ballooner sur cette première partie, car il se serait enroulé sans problème par
vent fort en même temps que le génois, avec l'enrouleur électrique, et on aurait pu naviguer par vent fort de l'arrière avec génois + Ballooner partiellement enroulés..) alors que le Genaker est complètement merdique à enrouler: il se redéroule tout seul en cours de route et il faut aller à l'avant du voilier pour l'enrouler..

Mais à partir de 22 ou 23h, le vent a baissé.. et là, on se félicite d'avoir une très grande surface de voile.. on continue à bien marcher globalement.. un peu moins de 5 noeuds quand le vent est très faible, mais dès qu'il y a un peu d'air, on est à 7 ou 8 noeuds..

Bref, on devrait continuer à la voile jusqu'à jeudi 2 ou 3 heures du matin.. on a juste un peu le cap pour rester vent arrière (tolérance 30 degrés) et éviter les cargos.. le vent a tourné en sortant de Gibraltar et nous pousse déjà en plein vers Gran Canaria.. Maxsea nous indique qu'on y serait vendredi midi si on maintenait notre vitesse actuelle (7,1 noeuds).. mais bon le vent va baisser nettement dans la nuit de mercredi à jeudi.. donc ce sera plus long..

Les vagues font toujours 2 mètres, mais ici, loin de Gibraltar, au large des côtes marocaines, la houle est longue et ne déferle pas fort, donc on sent assez peu les vagues, et on ne sent pas non plus le vent, puisque 60% (vitesse voilier), il reste 40% qui nous souffle dessus (ça fait 6 noeuds.. donc on ne sent pas le vent..), bref, la nuit sera calme comme écrivait Romain Gary..

 

Je viens de choquer un peu le Genaker car on est sur la fausse panne parfois à 140° du vent pour éviter un cargo de plus de 200m de long qu'on devrait croiser dans 40mn. Lui n'imagine pas qu'avec nos 2 tangons, on ne peut pas faire des virages à 90 degrés pour l'éviter, donc on a intérêt à se décaler longtemps à l'avance..

Bon, j'ai regardé le Grand Journal sur Canal plus hier soir.. et ça bastonnait(vent/déferlantes), ça m'a rappelé quand je regardais Roland-Garros en 2006
avec Alexandre Shettle et que Erwann faisait la veille pendant des surfs à 15 noeuds..

 

 

Jerome ,sur No Stress.Amel 54



<- retour vers Détail
 
 
Mehmet Ünal