English VersionFrench VersionDeutsch VersionTurkish Version

 
Login 
Mot de passe 
Mot de passe oublié ?

Recherche
 
   
02.08.2008

Le dictionnaire des petits métiers : L'orfèvre


Aujourd’hui encore en Turquie, les petits artisans oubliés chez nous depuis longtemps ont conservé leurs mains de fée. A Marmaris, nous avons été à la rencontre d'un orfèvre, Saban Munever, qui travaille loin des regards, dans un des nombreux passages de Marmaris.


Au centre de Marmaris, au détour de passages sombres et sans faste qui jouxtent le bruissant bazar surpeuplé de boutiques attirantes, et bien achalandées, se découvrent de réels artistes qui brillent autant par leur savoir-faire que par la gentillesse de leur accueil.


Une amie souhaitait faire reproduire une boucle d’oreille en argent à laquelle elle tenait beaucoup et dont elle avait égaré la sœur. Je l’ai amenée au petit passage Merzifon Pasaj , dont l’allée obscure mène à une boutique sans artifice, devant laquelle il serait pardonnable de passer sans la remarquer.Dans la vitrine de Gökhan, l’ échoppe où  Saban Munever exerce seul depuis 14 ans, sont livrés peu d’exemples de son talent, seulement quelques bagues, pendentifs, bracelets en or et en argent…


Derrière son établi,  sérieux, calme et appliqué, Saban travaille l’or, l’argent et le sertissage de pierres. Il a appris les secrets de son métier voilà plus de 35 ans à Kayseri en Cappadoce et il l’exerce avec toujours autant de patience et d’amour : Vous entrez dans sa boutique, il lève un œil sur vous, sourit vous souhaite la bienvenue et ne tarde pas à vous offrir un thé qu’il serait bien grossier de refuser. Modeste et réservé malgré ses 47 ans, Saban Münevver maîtrise parfaitement toutes les techniques de l’orfèvrerie, ce qui lui vaut de reproduire ou de réaliser une pièce originale, de réparer, d’adapter n’importe quel bijou dans un temps record, (moins de 72 heures pour la dite boucle d’oreille), pour un prix très raisonnable (50 YTL). Le travail est soigné, l’accueil agréable, la conversation en anglais facilitée par les occupants des échopes voisines. Voilà de quoi faire oublier les articles trop souvent « made in china » du bazar voisin pour nous rappeler les mille et un tours des traditions ancestrales de l’artisanat turc.

 

Evelyne  - juillet 2008

 

Ps: Le passage Mersifon, se trouve pas très loin de l'ancienne mosquée au pied de la colline du chateau, à côté de la place de la Fontaine. Demandez à un commerçant, s'il est d'ici, il vous indiquera sûrement comment le trouver.



<- retour vers Détail
 
 
Mehmet Ünal